Crédit photo : Pinterest
Catégorie

Les 48 lois du pouvoir de Robert Greene – Chronique littéraire #1

Crédit photo : Pinterest
Crédit photo : Pinterest

« Beaucoup de personnes passent leur temps à étudier les propriétés des animaux ou des herbes; combien plus important serait il d’étudier celles des gens, avec qui nous devons vivre ou mourir ! »

– Baltasar Gracián –

Pour ma première chronique littéraire, j’ai décidé de partager avec vous un des livres qui m’a été le plus utile ces deux dernières années. J’ai découvert les 48 lois du pouvoir en 2016, à un moment de ma vie où je stagnais. Que ce soit côté personnel ou professionnel, j’avais cette impression étrange que j’étais en train de jouer à un jeu dont je ne connaissais pas les règles.

Tout ce que je savais faire, c’était réagir aux autres et aux évènements, ce qui me fatiguait et renforçait mon sentiment d’impuissance. Pour y voir plus clair, j’avais décidé de me faire coacher, et c’est de cette façon que j’ai été introduite au domaine du pouvoir.

Qui est Robert Greene ?

Robert Greene
                          Robert Greene

Robert Greene a un parcours plutôt atypique. Après avoir fait des études de journalisme, il a voyagé pendant des années à travers le monde et a exercé plus de 50 métiers différents, dans le but de trouver sa voie: écrivain à Hollywood, guide touristique en Crète, employé d’hôtel en France, etc…

La seule chose qui persistait dans la quête de sa mission était sa passion pour l’écriture et l’Histoire. C’est pendant un de ses voyages en Italie, qu’un éditeur lui a proposé de publier le livre connu aujourd’hui sous le titre Les 48 lois du pouvoir.

Les années que Robert Greene a passées à côtoyer des univers très politiques (comme Hollywood) ont servi de base à l’écriture de son livre.

Le pouvoir

Dans les 48 lois du pouvoir, Robert Greene parle d’un sujet qui nous intéresse et nous concerne tous, mais dont très peu de personnes parlent ouvertement ; le pouvoir.

Les 48 lois du pouvoir de Robert Greene - Chronique littéraire #1

Qu’est ce que le pouvoir ?

Il est difficile de donner une définition simple à un terme aussi vaste. Selon Robert Greene, il y a différentes façons de voir le pouvoir, et une des façons de le voir est qu’on n’a pas le contrôle sur la plupart des choses qui nous arrivent dans notre vie : nos parents, nos date et lieu de naissance, les personnes qui croisent notre chemin, les évènements qui nous arrivent, etc…

Mais il nous reste quand même une toute petite marge de contrôle, et le pouvoir, c’est la capacité qu’on a d’agrandir cette marge de quelques pourcents.

Selon Greene, la nature humaine n’a pas changé durant les 3000 dernières années et donc, nous devons faire face aux mêmes problèmes que ceux des courtisans au temps des rois.

« Notre monde aujourd’hui s’imagine être le summum de l’équité, et pourtant, les mêmes émotions horribles continuent à nous remuer de l’intérieur, comme toujours. Le jeu est resté le même. A l’extérieur, vous devez apparaître comme respectant les mondanités, mais à l’intérieur, à moins d’être un imbécile, vous apprenez rapidement à être prudent et à faire ce que Napoléon conseillait : placer votre main de fer dans un gant de velours »

Personne ne peut échapper au jeu du pouvoir

Dans un premier temps, l’auteur nous invite à reconnaître et accepter notre soif de pouvoir comme étant saine et naturelle. « Personne ne veut moins de pouvoir », nous écrit-il. En fait, ceux qui disent ne pas aimer le pouvoir sont ceux dont on devrait le plus se méfier. A tous les niveaux, là où il y a des humains, il y a automatiquement de l’égo et de la politique. Si on est un être humain et qu’on vit en société, alors on joue au jeu du pouvoir.

Il est donc dans notre intérêt, non pas de lutter contre l’inévitable mais d’apprendre à manier le pouvoir. Plus on s’améliore à ce jeu, plus on devient un « meilleur ami, amant, époux, épouse et personne en général ».

Pour nous prouver qu’on n’échappe pas au pouvoir, il nous informe que contrairement à ce qu’on pourrait penser, même l’honnêteté et la franchise sont des instruments de pouvoir.

« Etre complètement honnête va de manière inévitable heurter et blesser beaucoup de gens et certains d’entre eux voudront vous faire du mal en retour. Personne ne verra votre honnêteté comme quelque chose de complètement objectif et libre d’une quelconque motivation personnelle. Et ils auront raison. En vérité, l’usage de l’honnêteté est un pouvoir stratégique, prévu pour convaincre les gens de notre caractère noble, généreux et désintéressé. C’est une forme de persuasion, même une forme subtile de coercition »

Il poursuit en nous citant l’exemple des enfants, qui eux aussi, malgré leur innocence, veulent le pouvoir.

« Les enfants sont peut-être naïfs, mais ils agissent souvent à partir d’un besoin élémentaire de contrôler leur entourage. Les enfants souffrent de se sentir sans pouvoir dans le monde des adultes et ils utilisent n’importe quel moyen à leur disposition pour obtenir ce qu’ils veulent »

Les 48 lois

A travers le reste du livre, Robert Greene nous décrit les 48 lois qui nous permettent de gagner et garder le pouvoir :

Loi 1 : Ne surpassez jamais le maître

Loi 2 : Ne vous fiez pas à vos amis, méfiez vous de vos ennemis

Loi 3 : Dissimulez vos intentions

Loi 4 : Dites-en toujours moins que nécessaire

Loi 5 : Protégez votre réputation comme la prunelle de vos yeux

Loi 6 : Attirez l’attention à tout prix

Loi 7 : Laissez le travail aux autres mais recueillez en les lauriers

Loi 8 : Obligez l’adversaire à battre sur votre propre terrain

Loi 9 : Remportez la victoire par vos actes et non pas par vos discours

Loi 10 : Fuyez la contagion de la malchance et du malheur

Loi 11 : Rendez-vous indispensables

Loi 12 : Soyez d’une honnêteté et d’une générosité désarmantes

Loi 13 : Misez sur l’intérêt personnel, jamais sur la pitié et la reconnaissance

Loi 14 : Soyez un faux ami…et un vrai espion

Loi 15 : Ecrasez complètement l’ennemi

Loi 16 : Faites-vous désirer

Loi 17 : Soyez imprévisible

Loi 18 : Ne restez pas dans votre tour d’ivoire

Loi 19 : Ne marchez pas sur les pieds de n’importe qui

Loi 20 : Ne prenez pas parti

Loi 21 : A sot, sot et demi

Loi 22 : Capitulez à temps

Loi 23 : Concentrez vos forces

Loi 24 : Soyez un courtisan modèle

Loi 25 : Changez de peau

Loi 26 : Gardez les mains propres

Loi 27 : Créez une mystique

Loi 28 : Faîtes preuve d’audace

Loi 29 : Suivez un plan précis, jusqu’au but final

Loi 30 : N’ayez jamais l’air de forcer

Loi 31 : Offrez le choix : Charybde ou Scylla

Loi 32 : Touchez l’imagination

Loi 33 : Trouvez le talon d’Achille

Loi 34 : Soyez royal

Loi 35 : Maîtrisez le temps

Loi 36 : Méprisez les contrariétés

Loi 37 : Jouez sur le visuel

Loi 38 : Pensez librement, parlez sobrement

Loi 39 : Exaspérez l’ennemi

Loi 40 : N’hésitez pas à en payer le prix

Loi 41 : Ne succédez à personne

Loi 42 : Eliminez l’agitateur

Loi 43 : Parlez aux cœurs et aux esprits

Loi 44 : Singez l’ennemi

Loi 45 : Appeler au changement, pas à la révolution

Loi 46 : Ne soyez pas trop parfaits

Loi 47 : Sachez vous arrêter

Loi 48 : Soyez fluide

Pour chaque loi, à la lumière de plus de 3000 ans d’Histoire, il nous donne des exemples d’observation de la loi et des exemples de violation de la loi. Pour chacun des exemples, il analyse ce que plusieurs figures de l’Histoire ont fait, si elles ont respecté la loi ou pas et les conséquences de leurs actions. Il y a ensuite une section « les clés du pouvoir » où il nous résume les propriétés de la loi et comment l’appliquer à notre quotidien. Enfin, à la fin de chaque loi, dans une section « A contrario », il nous informe des situations dans lesquelles il serait judicieux de ne pas appliquer cette loi.

Un livre amoral

Les 48 lois du pouvoir n’a pas pour vocation de discuter ou de changer la morale du lecteur. L’auteur ne nous donne à aucun moment son avis sur les faits énoncés. Il nous livre ce qui marche et ce qui ne marche pas, comment les êtres humains sont capables de se comporter. Il nous appartient ensuite d’appliquer notre propre morale à chacun des évènements auxquels on est amené à faire face.

Dans une de ses interviews, Greene disait qu’il a écrit ce livre, non pas pour inciter les gens à être cupide mais pour leur donner le moyen de se protéger contre des armes qui pourraient être utilisées contre eux. Il a pris pour exemple la loi #7, « Laissez le travail aux autres mais recueillez en les lauriers » : on ne volera peut être jamais le travail de quelqu’un d’autre, mais rien ne nous garantit que notre travail ne sera jamais volé.

Rien ne nous garantit qu’on ne sera pas manipulé pour satisfaire les intérêts d’une tierce personne. L’auteur nous invite à en être conscient, pour pouvoir s’en protéger et avoir la bonne réaction si on en est victime.

Ce que j’ai aimé, ce que le livre m’a apporté

J’ai eu un grand coup de cœur pour ce livre !

Le style de Robert Greene n’est pas pour tout le monde ! Personnellement, j’aime beaucoup son sarcasme. Je pense qu’il est intentionnellement provocateur…certains aiment, d’autres pas. Il décrit la nature humaine telle qu’elle est, sans détour. Il ne perd pas son temps avec le politiquement correcte, contrairement à la plupart des livres de développement personnel, qui tournent beaucoup autour du pot.

Rien n’a été laissé au hasard. Robert Greene est connu pour mettre plusieurs années à écrire ses livres. Les 48 lois du pouvoir est le fruit d’un travail d’orfèvre. Le livre est une mine d’informations structurées autour du sujet du pouvoir. Les faits historiques sont décrits minutieusement et on trouve même des annotations sur les côtés.

La valeur ajoutée des 48 lois du pouvoir réside dans le fait qu’il se concentre sur la mise en pratique de concepts théoriques. Les sujets traités dans le livre ne sont pas nouveaux. On y retrouve entre-autre l’art de l’indirection & la fluidité, qui sont des tactiques asiatiques très connues. Sun Tzu en parle d’ailleurs dans son célèbre « l’art de la guerre ».

Robert Greene arrive à simplifier et à mettre à la portée de tous des sujets très complexes. Le livre n’est pas pesant, il se lit comme un roman. L’auteur a redonné vie à beaucoup de personnages oubliés de l’Histoire. On a vraiment l’impression de vivre les évènements avec eux.

Les 48 lois du pouvoir m’a aidé à voir les évènements d’un point de vue plus stratégique. Il m’a appris à être davantage consciente des relations de cause à effet de mes propres actes et ceux de mon entourage.

J’ai réalisé que le pouvoir fonctionne comme l’argent. Il est neutre : c’est la façon dont on l’utilise qui crée du positif ou du négatif.

Gagner et (surtout) garder le pouvoir est un art

Le pouvoir est un système qui a son propre rythme et apprendre à le maîtriser demande de nombreuses années d’expérience et beaucoup d’humilité.

Lire toutes les histoires de ces personnages, qui ont vécu des centaines/milliers d’années avant nous, et qui n’étaient pas si différents de nous, nous rappelle notre propre mortalité et notre vulnérabilité.

J’aime à penser que chacune des lois des 48 lois du pouvoir est en elle-même un spectre. Si on reprend l’exemple de la loi #7, « Laissez le travail aux autres mais recueillez en les lauriers », plusieurs situations peuvent y correspondre :

1/ Voler le travail de quelqu’un,

Mais aussi :

2/ Un manager qui délègue ses missions,

3/ Un solo entrepreneur dont l’entreprise grandit tellement, qu’il sous traite une partie de son travail.

Dans tous les cas, au bout du compte, on ne se rappellera que d’un seul nom, que d’une seule marque. Et le pouvoir s’accumulera chez une poignée de personnes. Il y a des situations qui sont sans équivoque et d’autres, qui sont beaucoup plus subtiles. Chaque environnement, chaque personne, chaque relation est unique et c’est ce qui rend le pouvoir aussi complexe.

Ce qui compte le plus, je pense, c’est le pourquoi derrière nos actions.

Unique & Magnétique : découvre le secret du pouvoir féminin, télécharge ton mini livret gratuit ici !!

Les 48 lois du pouvoir de Robert Greene - Chronique littéraire #1

                  

  

 

   

 

   

              

    

    

 

 

       

    

     

 

        

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *